Présidentielle : plus beaucoup de suspens.

Nous sommes à un mois du 1er tour et il est temps pour moi de faire un rapide point sur cette élection.

  • Cette campagne est épouvantable. Vivement que tout cela se termine. Le niveau est assez consternant et l’affaire Fillon a monopolisé le débat.
  • Fillon est largement distancé dans les sondages. Le parquet national financier (PNF) a délivré, jeudi 16 mars, un réquisitoire supplétif pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux » aux juges d’instruction en charge de l’enquête. Cela ne va pas arranger sa situation qui est plus que critique. Dans le dernier sondage de Paris Match, Fillon est donné à 17,5% d’intentions de vote, loin, très loin de Macron (25,5%) et de Le Pen (26%). 8 points d’écart à 30 jours du scrutin, c’est irrattrapable.
  • Hamon fonce avec détermination vers un score ridicule. Il est au même niveau que Mélenchon à 11,5% dans le même sondage. Dès le soir du 1er tour, les règlements de compte au PS seront terribles. Les couteaux sont sortis et la lutte entre les Vallsistes et les Harmonistes sera sanglante.
  • Le deuxième tour devrait opposer Le Pen à Macron. Ce dernier ne fait pas d’erreur majeure. Il s’en est plutôt bien sorti lors du 1er grand débat alors qu’il était la cible de tous.
  • Face à Le Pen, Emmanuel Macron l’emportera largement et la recomposition totale du paysage politique pourra alors commencer. Marine Le Pen n’a aucune chance de devenir présidente. Heureusement, son programme est suicidaire pour notre pays. Une fois élu président et contrairement à ce que certains racontent, Emmanuel Macron disposera d’une large majorité à l’Assemblée nationale.

Dernier point et non des moindres : il y a tellement de surprises et de rebondissements depuis 6 mois qu’on ne peut pas exclure un (ou plusieurs) coups de théâtre qui remettrait tout en cause.

Laisser un commentaire